L'encrier des poètes

Forum de poésie et d'entraide pour poètes débutants ou accomplis.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 SOULAGES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
domini

avatar

Messages : 1885
Date d'inscription : 24/01/2012
Age : 59
Localisation : auvergne

MessageSujet: SOULAGES   Jeu 19 Mar - 13:49

"Il faut regarder le tableau en appréciant la lumière reflétée par la surface noire. C'est essentiel. Si l'on ne voit que du noir, c'est qu'on ne regarde pas la toile. Si, en revanche, on est plus attentif, on aperçoit la lumière réfléchie par la toile. L'espace de cette dernière n'est pas sur le mur, il est devant le mur, et nous qui regardons, nous sommes dans cet espace-là. C'est une relation à l'espace différente de celle que nous avons dans la peinture traditionnelle. Ce phénomène ne peut pas être photographié. La photo transforme cette lumière en une peinture banale où les valeurs sont fixes et produites par des gris différents."


DANS L'ATELIER DE... Visite, un matin d'hiver, dans son refuge parisien où le peintre des «Outrenoirs» compose la matière pour jouer de la lumière. Rencontre avec un homme sans fausses manières, tout en concentration et projets, à 95 ans.

Ce matin-là, Soulages a mal dormi. Il s'en excuse au préalable, gentilhomme d'abord, et aussi perfectionniste qui n'aime pas les choses mal faites. Monument de l'art français, ce géant, toujours tout de noir vêtu, a eu 95 ans le 24 décembre 2014. Impensable! L'anniversaire ne l'a pas spécialement réjoui ni attendri. À peine si les ans ont amoindri la formidable vitalité de cet homme souriant, à la belle parole, aux références authentiques et lettrées, à la rigueur omniprésente sous l'accent légèrement chantant de sa terre de Rodez. L'an dernier, beaucoup de son énergie a été absorbée par l'inauguration du Musée Soulages dans sa ville natale.
Il y a affronté successivement les derniers travaux d'un musée très contemporain aux cimaises d'acier, la finition de l'accrochage d'une vie avec le directeur Benoît Decron, l'inauguration fin mai avec la presse (une belle pagaille tant ce peintre est populaire), juste avant l'inauguration présidentielle avec François Hollande, puis enfin l'ouverture au public. La seule inconnue. Depuis, le succès de cette architecture qui joue le noir sur noir s'est révélé retentissant: 200.000 visiteurs en 2014 - en seulement sept petits mois d'ouverture -, des voyageurs qui ont souvent fait un long détour pour découvrir le bâtiment en Corten planté au sommet de la colline, au cœur même de la ville. Et redécouvrir tout Soulages, toutes ses périodes, tous ses mediums, en son musée homonyme.
Les objets inventés par le peintre

Il a deux ateliers. L'un à Paris, l'autre à Sète (Hérault). C'est dans le premier, dans la lumière froide de l'hiver, que nous le retrouvons un matin, sur la rive gauche, celle des universitaires et du vieux Paris aux maisons imbriquées les unes dans les autres. Simplicité du lieu historique, noir et blanc, forcément. Les cadres noirs sont prêts à l'emploi. Les tableaux finis, si cotés, sont rangés comme d'immenses dominos. Derrière une porte de service, les pinceaux - ou plutôt, les objets inventés par le peintre pour travailler la matière noire dans sa masse - ont l'air d'instruments bizarres, comme les scalpels inventés par les jumeaux de Dead Ringers de David Cronenberg (1988).
Son assistant depuis 31 ans, Dan McEnroe, architecte muséographe, règle «les espacements, les hauteurs, l'équilibre de la salle». Diplomate au pas feutré de danseur, il est là sans être là. Il y a une connivence tacite et l'art du silence partagé entre ces deux hommes si différents, de parole, de culture et de format. Soulages est un merveilleux conteur, ni prétentieux ni abscons comme souvent ses exégètes. Très vite, la passion fait briller ses yeux fragiles. Comme la symbiose qu'il vit avec sa femme Colette, aussi petite Catalane qu'il est un grand gaillard des Causses. On l'écoute, comme l'ancien qui charme toutes les générations à la veillée.

SOURCE :http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2015/03/17/03015-20150317ARTFIG00359-soulages-l-eternite-et-un-jour.php





"Après tout un arbre noir en hiver c’est une sorte de sculpture abstraite. Ce qui m’intéressait était le tracé des branches, leur mouvement dans l'espace."
Revenir en haut Aller en bas
renee jeanne mignard
Admin
avatar

Messages : 13167
Date d'inscription : 28/05/2010
Age : 91
Localisation : Touraine

MessageSujet: Re: SOULAGES   Jeu 19 Mar - 18:23

Ce lien ne fonctionne pas....

_________________


L'âge n'a pas d'importance si le coeur n'a pas de rides.
Revenir en haut Aller en bas
http://renee.mignard.free.fr
domini

avatar

Messages : 1885
Date d'inscription : 24/01/2012
Age : 59
Localisation : auvergne

MessageSujet: Re: SOULAGES   Ven 20 Mar - 15:46

la photo se voit elle ?

desolée pour le lien ,mais en copi-collant l'adresse http on arrive bien sur l'article
Revenir en haut Aller en bas
renee jeanne mignard
Admin
avatar

Messages : 13167
Date d'inscription : 28/05/2010
Age : 91
Localisation : Touraine

MessageSujet: Re: SOULAGES   Sam 21 Mar - 17:09

domini a écrit:
la photo se voit elle ?

Oui, la photo est visible.
Bonne fin de semaine,

_________________


L'âge n'a pas d'importance si le coeur n'a pas de rides.
Revenir en haut Aller en bas
http://renee.mignard.free.fr
domini

avatar

Messages : 1885
Date d'inscription : 24/01/2012
Age : 59
Localisation : auvergne

MessageSujet: Re: SOULAGES   Sam 21 Mar - 17:10

MERCI
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SOULAGES   

Revenir en haut Aller en bas
 
SOULAGES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pierre Soulages
» Traitement d'une oeuvre de Soulages . (microfissuration, CPV, acides gras, moisissures)
» Vitrail de Soulages...
» Soulages
» Laurans (Soulages bonneval, 12)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'encrier des poètes :: Accueil du forum :: La galerie de domini-
Sauter vers: